Et si la mode, c’était déjà l’Aventure et la Nature ?!

Share on Google+Digg thisShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on Twitter

La moto, nature et aventure ?

 

nature-moto-aventure-montagneJ’annonce. Fini le hipster. Nous sommes bel et bien rentrés dans l’ère du voyageur. Ce doux rêveur est un phénomène de société. Il dépasse notre activité préférée.

Trappeur, Backpacker, il envahit les rues, aspirant à finir ailleurs.

On va en bouffer de la nature. 4×3 gavés de forêts. Abri bus tapis sous l’humus.

Société fêlée, société asphyxiée, notre bosseur a besoin d’évasion.

Respirer, transpirer, simplement s’aérer. Profiter de l’astre lumineux, aspirer à devenir heureux. Fuir les écrans. Retrouver la notion du temps.

Le Hipster répondait à une crise de économique : symbole de stabilité ressortant des objets qui avaient prouvé leur succès.

Le Voyageur est le symbole d’une société en quête d’un nouveau souffle, de bonheur et de profondes valeurs.

Voyages lointains, avenir incertain, seul ou avec les copains. Qu’importe. Bonheur à la clef. Qu’il soit en apparence ou bien réalisé.Honda-1000-Africa-Twin-2016-700px3

Un espoir. Que le RoadTriper, ce voyageur, le seul, le vrai soit porteur de rencontre, d’amitié et de complicité.

L’Homme vrai. L’Homme nature. L’homme pur à la rencontre des autres cultures.

L’homme dur, l’Homme grand, dont la valeur dépasse celle de l’argent.

ps : Je VEUX un Africa Twin, coucou Honda.

PS bis : Attendez-vous à voir fleurir des trails, anciens et récents dans tous les sens. Si si.

Casques cross, enduro pouet pouet.

PS ter : Merci au Motard Bionic de m’avoir fait rêver avec son Road Trip en Islande 

 

 

Share on Google+Digg thisShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on Twitter

3 comments

  • Et bien de rien, tout les plaisir est pour moi! 😉

  • Le motard connard n’a pas compris que lui il détruit la nature !

  • Eh ouais, l’enduro, c’est pour les kékés en 2-temps… L’aventure, ça c’est la classe ! Le résultat est le même, on se présente comme des amoureux de la nature, mais on lui pisse à la raie à la belle verte avec nos vieux monos qui bouffent de l’huile et nos échappements percés au tournevis. Le bonheur n’est pas dans la puissance, mais dans la dominator – euh pardon la domination de cet environnement qui nous entoure. Un décor pour nos traces de tétines, quoi.

    Et puis ya les minoritaires, les vrais, ceux qui partent pour de bon à travers les grands espaces pour nous vendre du rêve… Ah ça, mon pote, ils nous inspirent. Ils sont déjà un peu démodés avec leurs valoches en alu cubiques qu’on n’aurait pas osé imaginer dans les années 70, mais sans ça, t’es pas un bon. On est loin de l’expédition « by fair means », celle qui sentait un peu le souffre. Ici, la préparation n’est pas mentale mais matérielle, tout un chacun peut s’y coller s’il a assez de congés payés sous le coude et un PEL à craquer. Mais ça fait vendre les gros trails et les roadtrips organisés. Et puis faut lui montrer, au reste du monde, qu’il reste du pétrole à cramer. Ah, les cons, ils en sont encore à l’ère du buffle et de l’âne bâté !

    Le plus balaises : ceux qui vendent leur périple comme un acte écolo. Ceux là, ils ont réinventé l’eau tiède en excusant leurs méfaits à grands renforts de compensation carbone. Je peux chier dans ton salon si je remets des rouleaux de PQ dans les toilettes, hein ?

    Allez, gaz en grand mes aïeux !

    PS1 : Chacun est libre
    PS2 : Essayez pas de me convertir, ça sera vain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *