Motard Connard en interfile : typologies

remontée de file à moto
Share on Google+Digg thisShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on Twitter

De l’interfile : typologie du MotardConnard

Vous me voyez venir avec mes gros sabots. « Sujet sensible ». « Sujet touchy ». Voire « sujet polémique » ! Vous ne serez pas déçu, peut être même étonnés par le discours tenu à la fin de cet article.

Soyez-en certain : Ce blog traitera régulièrement de l’inter-file! Parole de MotardConnard !

Rappel : L’interfile, une réalité.

Bien hypocrite serait le motard dénigrant la pratique de l’interfile. Pratiquée essentiellement en agglomération, elle a le mérite de faire gagner du temps aux motards et motardes mais aussi de désengorger une partie des transports en commun et de la circulation.

En moto-école [OUI il est bon pour le MotardConnard de rappeler qu’il existe ce type d’établissement aux automobiliste désireux de se convertir en conducteurs de 2RM de 125 cm3 et moins] on nous apprend quelques rudiments de cette pratique interdite – mais tolérée.

Les moto-écoles nous mettent en garde qu’au delà d’un différentiel de 40 km/h avec le flux de la circulation, le Motard Connard est davantage exposé aux dangers. Il n’est plus en conditions idéales pour freiner ou éviter un obstacle.
Faites attention, ne roulez pas trop vite et surveillez l’environnement qui vous entoure.

(TOUT l’environnement. Derrière-vous également. UTILISEZ VOS RÉTROVISEURS (bordel de…)).

 

Typologie associologique et empirique du Motard Connard.

Nous devrions évoquer TOUS les usagers de l’interfile. Ceux qui la forment et ce qui l’utilisent. Automobilistes inclus. Ces derniers auront l’honneur de se voir dédier un article. Bien qu’une infinité de portraits de motards connards pourraient être dressés, partons dans la généralité voulez-vous ?

Le gentil petit MotardConnard

Le gentil petit MotardConnard est omniprésent. Il remonte les files avec prudence, se traine la bite (comment ça « vulgaire »? Le MotardConnard n’est-il pas par définition vulgaire, sale, poilu et mal odorant ?). Le MotardConnard fait parfois chier ses frères moins prudents / évoluant avec plus de dextérité (choisissez votre camps), ne regarde JAMAIS ses rétroviseurs pour contrôler ce qu’il se passe derrière lui. Le gentil petit MotardConnard est en alerte ! prêt à bondir sur ses freins tel un lapin sur un brin d’herbe! D’ailleurs, le gentil petit MotardConnard est souvent un scootard. (OK! je suis de mauvaise foi ! C’est aussi souvent un poireau à moto).

Le gentil petit MotardConnard est très souvent trop concentré pour remercier les automobilistes qui le laissent passer. Il use de son klaxon avec grand plaisir afin de signaler sa présence. Se ranger, il ne fera jamais !

Qualités du gentil petit MotardConnard : prudence, prise de risque minimale, sécurité.

Défaut du gentil petit MotardConnard : trop concentré pour remercier, saluer, s’écarter, vérifier ses angles morts et ses rétroviseurs.

Le MotardConnard Moyen

Comme tout MotardConnard moyen qui se respecte, il se laisse facilement avoir par…la routine. Sa vigilance baisse, particulièrement lorsqu’il s’accroche à un troupeau de MotardsConnards migrants eux-même via l’inter-file, vers de plus verts pâturages.
Le MotardConnard moyen se laisse porter par la circulation. Il peut être prudent, mais tôt ou tard, se laissera hypnotiser par le feu arrière du MotardConnard le précédant. Grisé par sa facilité de déplacement, le MotardConnard moyen pourra parfois s’emballer et oublier que sa vitesse est désormais trop élevée !

Le MotardConnard moyen connait les risques de l’interfile. Il tente de rester prudent, de combattre la routine. Le MotardConnard moyen laisse volontier passer ses frères, les salue ou remercie l’automobiliste le laissant passer. Dans un monde idéal.

Il sait que sur une file traditionnelle, l’automobiliste, bien mieux « équipé » et « doté », n’hésitera pas à lui forcer le passage. Bien évidemment, le « caisseux » lui rappellera que le clignotant qu’il a activé (pour une fois) lui confère, à tort, une toute puissante priorité : « MotardConnard écarte toi, ou la mort, tu rencontreras ! »

Attention à toi MotardConnard moyen. Le danger te guette !

Qualités du MotardConnard moyen : en possède-t-il réellement ?

Défaut du MotardConnard moyen : l’habitude, la routine et la prise de confiance.

Le MotardConnard en Puissance

Véritable prédateur de l’interfile, Le MotardConnard est un danger pour lui (il l’a choisi) mais aussi pour les autres (qui l’ont moins choisi). Nerveux, agressif, ses commandes préférées se résument à l’avertisseur sonore (plus communément dénommé Klaxon), le rupteur et l’appel de phare.

Le MotardConnard en Puissance conduit en permanence trop vite, et ne connait pas la patience. Il accélère, freine, accélère. Grisé par la vitesse, il a souvent perdu ses bonnes manières, et s’il le pouvait, écraserait les usagers prudents le retardant.
Le MotardConnard en Puissance, le vrai, l’unique, est égoïste. « À quoi bon se soucier des autres ? » nous demanderait-il. Perte de temps et futilité. Arrogant, le MotardConnard en puissance n’aura que faire de la prudence des autres.
Attendre un remerciement de sa part serait bien candide.

Qualités du MotardConnard en puissance : Aucune.

Défaut du MotardConnard en puissance : Sa nervosité, la mise en danger d’autrui, son arrogance, sa prétention, sa suffisance, son égoïsme. Sa conduite est plus polluante !

remontée de file à moto

cliquez pour voir l’image

 

En résumé

Le MotardConnard a de nombreux défauts (il est humain) et tente de développer ses qualités. Il ne doit pas oublier qu’il n’est que toléré en interfile. Il n’est pas (encore?) dans son bon droit.

Le MotardConnard fait de son mieux pour évoluer dans cet environnement hostile. L’automobiliste de bonne foi également.

N’oublions pas que nous ne sommes pas dans notre bon droit lors de cette pratique. Tout comportement hostile renforce l’interdiction de la pratique. Soyons tolérants les uns envers les autres, apprenons à cohabiter sans nous agresser.

Nous avons tous en nous ces motards connards qui sommeillent. À nous de savoir quelles qualités exploiter et quels défauts gommer.

 

 

 

Share on Google+Digg thisShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on Twitter

13 comments

  • Mvoui, my 2cts sur le rupteur:
    Au bout de 5 mins et 1 km derrière un SUV qui est à cheval sur les 2 voies, je reconnais que je fais un peu gueuler la moto pour signifier que je suis là.

    Dans l’ensemble je remercie toujours quand je le peux (des fois c’est un peu risqué de remercier au risque de se prendre l’andouille devant qui zigzague sans savoir si il change de file ou pas)

  • Pingback: MotardConnard en Interfile | MotardConnard.com | Blog moto

  • Pingback: La vengeance du SuperConnard | MotardConnard.com | Blog moto

  • Excellent!
    Il y a aussi le Motard Connard qui n’a pas le compas dans l’œil, qui tente quand même l’inter-file avec sa « bouse à valoches » (qui a dit BMW 1200GS?) et qui reste coincé 2 voitures plus loin……..

  • C’est probablement exagéré de généraliser comme cela. J’ai une 1200 GS, avec Valises…quand elles ne passent pas, c’est que c’est raisonnable pour personne..et quand elle passent ,… je ne dis jamais merci avec mes pieds, ni avec mes mains, mais avec la tête…et quand la vitre de la voiture est ouverte, je dis merci en vrai!
    sinon faut pas pousser à vous lire, on dirait que c’est un blog Parisien…c’est un Blog Parisen! Ah! je comprend mieux…

  • A vous lire j’ai presque un peu honte de me reconnaitre plutot dans les types « moyen » voir « en puissance » (en fait je suis plutot le remonteur moyen mais je prefere jouer de la poignée droite que de klaxonner).

    Cela dis, pour ma défense, en Belgique la remontée de file est légalisée depuis 2011 et non plus simplement tolérée. Je suis donc bien dans mon droit xD

  • Pingback: Chassés croisés d'été : vraiment pas la peine de s'énerver.

  • Pingback: Rencontre de Laurent Cochet : Découvrez qui est Laurent Cochet

  • Je n’ai pas besoin de merci quand je peux laisser passer un motard. Mais là je m’insurge quand j’en vois qui remonte les files et qu’ils obligent les automobilistes à rouler entre la bande blanche et le rail de sécurité. Si l’automobiliste ne le fait pas il a droit à des représailles comme coups de pieds ou poings sur les rétroviseurs.
    Je ne souhaite pas que cette tolérance soit autorisée officiellement car plus on tourne la tête sur des dérives, plus les comportements sont déviants. Il existe un code de la route, commençons par le respecter tous.

    • Effectivement mais si chaque automobiliste faisait le petit effort de serrer à gauche ou à droite, l’inter file serait presque aussi pratiqua le qu’une 3eme voie.
      Résultat: tous les 2 roues sur l’inter file et une circulation plus fuide pour les automobilistes.
      Imagine que l’on respecte scrupuleusement le code de la route, chaque 2 roues dans sa voie comme tout usager, ce dernier pourrait ajouter « x » nombreuses minutes à son trajet domicile travail.
      Restons zen et facilitons la vie à tout le monde.

  • Je suis automobiliste, mais j’ai toujours eu beaucoup d’attention à l’égard des motards.
    Avec grand plaisir, je leur permettais de passer en me rabattant prudemment sur la droite.

    Depuis quelques temps, j’ai constaté l’incivilité de certains motards, qui croient que cette pratique leur ai due…

    Ce matin encore, alors que j’étais dans une file à un feu rouge, serré à gauche pour prendre la file de gauche, un motard a fait grondé son moteur derrière ma voiture, pour que je le laisse passer, alors qu’il n’y avait aucun véhicule dans l’autre sens.
    Gentiment, je me suis décalé sur la droite…
    Arrivé à ma hauteur, le motard a mis plusieurs coups sur le toit de ma voiture, en râlant parce que j’étais sur la gauche !

    J’ai donc de moins en moins envie de faire plaisir à ces motards qui se croient tout permis !
    Donc maintenant, je ne ferai plus d’effort. C’est dit.

  • Je me reconnais un peu, à mi-chemin entre le gentil MotardConnard et le MotardConnard moyen : je ne pratique l’interfile que quand les voitures sont à l’arrêt (pas quand elles roulent, même à très basse vitesse), roule un peu comme un poireau mais remercie systématiquement les automobilistes qui ont la gentillesse de s’écarter pour me laisser la place. Je regarde très souvent dans mes rétros pour voir s’il n’y a pas de MotardConnard en puissance qui me colle au c**.
    Pour les automobilistes qui me bloquent (soit par omission de s’écarter, soit en se resserrant volontairement pour me bloquer le passage), je reste patiemment derrière sans me manifester. Pour moi, klaxon, moteur qui grimpe dans les tours, coups (de poing, de pied, …) ou autre pratique du même ne font que nuire à l’image du motard déjà bien mauvaise auprès de certains. À l’inverse, j’ai le sentiment qu’en restant zen, on redore un peu notre image après des automobilistes qui redeviennent alors sympa avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *