[Témoignage] Ce jour où j’ai été une Motarde Connasse !

Claire, motarde
Share on Google+Digg thisShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on Twitter

Claire : Ce jour où j’ai été une Motarde Connasse

Claire, rencontrée sur Twitter, tient à partager son témoignage, ce jour où elle s’est sentie Motarde Connasse. À nous aussi ça nous arrive d’être de vrais cons. Pour autant, sa colère me semble être une réaction naturelle suite à son histoire. Une véritable raison de nous comporter de la sorte ?

Claire, Motarde Connasse en puissance !

Par un beau lundi matin, j’enfourche ma vaillante Titine pour partir au boulot. Garée dans un parking souterrain, j’attends patiemment que la porte s’ouvre pour sortir.

Soudain, ma moto fait un bond. « Ben merde j’ai calé ! ». Constatant qu’aucune vitesse n’est enclenchée je finis par me retourner. Ô surprise ! Une boite à roue tente de s’accoupler avec ma moto.

Mon sang ne fait qu’un tour  !

Je descends de ma moto, arrache mon casque et pourris le gars sorti de sa voiture entre temps  : « mnb*$%gozbrgi **bg$$zùoigz *$^libeFIOB*¨$egboùblabe$F B Mbae*^fobeF B !!! »

Le gars arrive finalement à placer le traditionnel « mais je ne vous avais pas vu… 🙁  » Encore heureuse, sinon c’est une tentative de meurtre! Le dernier neurone encore connecté rattrape de justesse un « Con***d ».

Je finis par me calmer et fais le tour de la moto. Seul le support de plaque est tordu. Le caisseux réussit à le redresser et nous échangeons nos numéros si d’autres dégâts venaient à apparaître en roulant.

En roulant, je réalise que ma réaction a été disproportionnée. Le pauvre homme était navré et ne savait plus où se mettre.

Nous sommes voisins, j’espère ne pas le recroiser d’aussi tôt…

Et vous, quelle serait votre réaction ?

J’attends aussi ton témoignage Motard Connard !

Share on Google+Digg thisShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on Twitter

One comment

  • je rentrais du boulot, c’etait à issy les moulinaux, et un peu avant un feu les voitures sont en file et il devait rester 25/ 30m, en remontan la file, pour en etre à l’aplomb du dit feu, et un motard etait là arreté, et je lui demande poliment, sans agréssivité, si il pouvait me laisser passer, et il me répond en gueulan:  » NON! CA PASSE PAS! » là j’béquille ma meule, je vais coller mon casque au sien et j’lui souffle dans les bronche, pret à en venir aux mains, devan tout le monde, bref j’me suis vus comme à l’epoque ou je tentais d’arreter de fumer, j’etais un sale con, mai bon c’est vrai qu’on as pas tous le meme nivau en conduite mai bon… bref le feux repasse au vert et ça c’est arreter là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *